UH MANOA Library | SPECIAL Collections | CHARLOT Collection
Textes Français | Table des Matières

NOTES POUR UN CATALOGUE RAISONNÉ DES MANUSCRITS ANCIENS PRÉHISPANIQUES
À LA COLLECTION AUBIN-GOUPIL
À LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE, PARIS


 

partie 1

Feuille 1, recto :

Nauyol

2 : Oceloxochitl.

Mère de 3 :

Nahui : (4

Pl. I   .

________________________________

1427 le manuscrit [illisible]

Pl. no 1 : Arriv[ée] d[es] Chichim. {Chichimèques}                            {p. 75}

sur le plateau d’Anah[uac]

Commandés par Xolotl [illisible] sa famille

(son fils Nopaltzin) ils s’emparent du pays, occupant Tenayocan, à l’ouest du lac de Texcoco puis à l’est : Texcoco future capitale.

coyote : chacal.  figuratif pour

Xolotl.                                                                             {Pl. 2}

chapolin : sauterelle

tepetl : montagne                   Chapoltepetl

signe de l’eau

Ils pleurent

                La droite   signe de commandement est cachée chez les seigneurs

vassaux Toltèques                                                                                                {p. 76}

Feuille 1, verso, page 1 à gauche :

Endroit guéable.   (acalli : bateau)

                                                localité

Colhuacan

                                                      “     habité[e]

par les Colhuas (de coltic : tordu)

Ordres.

tête couverte de jonc : personnage toltèque.

La [illisible] : 8ème jour du mois

                                                                                date   silex, da  

Chevreuil       7 ème   “     “      “

Silex. :5 silex.

Tzin : terme reverencielle[1]                              base.

Emblème de Nopaltzin.                                                             {p. 76}

nilt acatl                                 roseau

tomatl                                     tomate

                                                cuhautli[2] : aigle

Cuhauatlapal[3]

                                                atlapal : aile r[illisible]

Cozcaquauh | aigle = rouge

tecpa : silex.  Tecpazin[4]

                                                milt.[5] flèche

Iztaccu[6] | aigle blanc.           iztac : blanc

Derrière Xolotl est Tomihuic

                                        (5)

branche fleur de maïs, sa femme.

Feuille 1, verso, page 2 à droite :

Mère de Nopaltzin.

A drte de Chapoltepetl est la femme de Xitzin[7] (paquet d’herbe :

                ) à gauche

                nombre d’années.

                vêtement de peaux.

                coton à franges.

                “ail[e] d’aigle.”

                Tlatzallan : vallon, gorge.

or : excrément jaune des dieux.

Totolin : dindon.                                  La femme est

                                                                                marquée    (6)

d’où : Totoltepec                                 Xihuitpopoca.[8]

Nacaxoch : d’oreille : nacaztli.

Coatl : serpent

: 20.

pupille (tournée d’inspection)

bleu   turqoise : xihuitl : année.

Feuille 2, recto :

Pl. I.

Est                                 sait travailler l’or.

prêtres                           Popocatepetl

Tepetlaotzoc   dame et enfant.   Nopaltzin.   sa femme

Tous ces chefs toltèq. pleurent.

mitl   Totoltepec   3 ans   sa femme

gorge    date

Travail de l’or comment?

Texcoco   S. Cristobal   Lacs de Xaltocan   Colhuacan                                                    Sud

Tomiyau   Tenayocan   caverne

Tollan                 Nopaltzin 

chefs chichim. émigrant vers les terres conquises

date.

Ils ont passés 5 ans à Chapoltepetl. 

Ouest

Feuille 2, verso : sans écriture.

Feuille 3, recto, page 1 à droite :

Pochotl  plante

On dirait un 1 tour.

centre Nauhotl[9] et sa femme (golfe) se retrouve de l’autre côté du fleuve

Demandez Mémoire sur la peinture didactique et l’écriture figurative des anciens Mexicains (Paris 1849 in 8o) Aubin. 

Est-ce japonais?

Pourquoi les femmes sont-elles plus brunes que les hommes?

fourmilière.

C’est plutôt 1 grenouille qu’1 fourmi :    Çà l’est plus.

Feuille 3, verso, page 2 à gauche :

II

Xolotl envoie Nopaltzin contre les habitants de Colhuacan qui le refusent, mais sont vaincus.

__________________

Arrivée à Tenayocan de 3 chefs d’émigrants pour s’établir.

________________________

Mariage de Nopaltzin avec la princesse toltèque Azcaxochitl.                                 {p. 76}

____________________________

Autres unions

____________________________

Généalogie de ces familles

____________________________

Au bord du lac : Nopaltzin

derrière Xolotl assis, qui ordonne à Flèche-Blanche de combattre—

puis.  Nopaltzin battant Nauhyotl  à voir fig 4

(4 en 1 seul) chef des Colhuas (    ).  Xolotl ordonne à Achitometl de remplacer Nauhyotl au trône, en étant soumis à Xolotl. 

agave

                                Achitometl.

eau

                lapin : Ce Tochtli : date

                                                                                Cette [écrite à l’envers]

Feuille 3, verso, page 3 à droite :

A drt, plus bas (golfe) Nauhyolt[10] se plaint à sa femme.  Au-dessous la famille du nouveau roi Chapoltepetl[11] puis    Colhuacan.  52

                                                                 

L’épi de maïs : = 20.  O bleu = 1 fois

(voir la copie de Gama)

                                                                Leony.  10 bis.

No 90 : Antiquit[é]s Mex.

copies de Gama.

no 54 : manuscrit de 40 page[s]

figuratif sur papier européen.

Histoire Tolteco Chichimèque.

no 89, 95 : copies des portraits d’empereur. 

A gauche l’Empereur et derrière : sa femme “Notre épi de maïs.”  Sous eux leurs 2 filles : Cihuaxochitl : Femme fleur.  Cuetla (auia) xochitzin

                                              faner.             fleur.

                                                pierre

Le signe     tetl

                                                Tenayocan. 

Devant Xolotl 3 chefs d’immigrants : Acolhuatzin (acolli : bras.)    et dessous avec sa femme   ayant pour dot Atzacopotzalco (fourmilière)                                                            {p. 76, l. 1}

{l. 2}

Feuille 3, recto, page 4 à gauche :

On retrouve le signe de chisl [disques?] entre     et     entre les enfants d’1 flèche blanche et liseron au centre haut. 

                         ===========   silex à ligature.

___________________________________________

Entre Au haut de ces 2 groupes 52 et le signe “toltèque”.  Cet empire a disparu depuis 52 ans.  sous le ménage leur 3 fils.  (voir 3)

                                                                chiconne 7

Le 2ond chef Chiconcuauhtli

                                                                cuauhtli : aigle                             {76. l. 3}

l’est des Otomies : Barbares. 

Il a épousé (à gauche au dessus de l’île) Fleur fané[e], 2onde fille de Xolotl. 

Il montre 1 silex avec ligature.                                                             {l. 10}

              . Sous eux leurs enfants.

1o Tepac xochitl  (surfleur)[12]  (1)   Un trait noir la relie fait traverser tte la planche j.[usqu’au] lac de Chalco, où elle se marie avec le 1er seigneur

                                                                comitl : base

de Chalco-Atenco                                atl : eau

                chalchihuitl                           lèvres : tentli 4

                                                émeraude

2o Macuilcoatl (5 serpent) 530   Une fille.

Derrière le trône de Xolt.[13] 

Feuille 4, recto :

Pl II

3 fils de

Feuille 4, verso :

Démembrement de l’Empire Toltèque

chalchuihuitl[14] | Chalco

Comitl

Tentli    Altenco[15]

Atl

Coacueh  anneau de serp[ent] à sonnette

(3e chef Otomies)

Achitometl

oztotl.

tetl                  Tepetlaoztoc.

petlatl

Feuille 5, recto :

Pl. III : seul{e} couleur : bleu.  Le trait est plus fin.  têtes à expression et varié[e]s.  profils et faces    costumes variés.                                   {p. 76.}

inf. gche.  Xolotl.  19 tetl en demi-cercle  (tenamitl : mur d’1 ville).

Il ordonne à un chef Tochintecuhtli                                               {p. 77. l. 12}

(tochtli : seigneur lapin.  tecuhtli : seigneur)

qui vient (         ) du bas, d’aller à Xaltocan, (l’île :           le rongeur tuza).  Il s’y adresse à Paintzin (?) (pain : coureur)

                .  Dans l’île Chiconcuauhtli puis mort (52 ans)   Tochin se maria avec Tomiyauh petit{e}-fille de l’Empereur.

                                                Date : 13 Tecpatl

A drt. celui-ci mort               113 durée du règne                                          {77 l. 19}

Sur la drte Nopaltzin sur le trône.  En bas : Alcolhuatzin[16] combat le rebelle Cozcaque (cozcatl bijou) qui a soulevé la province de Tepozotlan (tepotzotli : bossu)

                                tl[17]

Un peu à droite Acamapitzin[18]

                                         ctli

                          roseau          poignée

                          flèches        

+ Tzin.

C’est le fils d’Acolhuatzin. et sa femme.

Feuille 5, verso :

Ilancueitl  (ilantli : vieille

                   cueitl : jupe

C’est la fille d’Achitometl—

3 enfants.  Acolhuatzin

Sur le trône d’Azcapotzalco—

52.  Chapoltepetl..  1034 ans

Dans V[19] de drte le seigneur de Coyohuacan (coyotl : chacal   can : lieu

Au dessus Achitometl roi de Colhuacan, et sa femme pleurent

parle avec le rebelle Yacanex qui voulait épouser sa fille

                                tototl : oiseau

A{t}lototzin. 

                                Atl : eau.

Il vient de

                                tepetlatl : four à chaux

Tepetlaoztoc

                                oztotl : caverne

puis Achitometl mort à 75 ans.

                            règne : 27 ans

va rejoindre son fiancé Huetzin.  Les 2 rectangl[es] sont leur dot (où?).  Sous Yacanex le successeur d’Achitometl  sa femme.  son fils Calcemetzin[20] mort 20

Feuille 6, verso :

Nopaltzin et sa femme Azcaxochitl (azcatl : fourmi.  Xochitl : fleur.)  qui était fille de Nauhyotl.  Leurs enfants :

Tlotzin-Pochotl, 2 autres et 1 bâtard :

  faucon   plante

                                                tenamitl

Tenancacaltzin a 78 ans

                                                tetl

                                                                centzontli

Le 3ème chef Tzontecomatl :

                                                                tecomatl

Sa fille Cihuatetzin eu pour dot Coatlichan      coatl : serpent

                                                                                chantli  maison

Plus haut (droite) la caverne de Tlatzalan (tlatzalan :       )

La femme Pachxochitzin (pachtli : parente, xochitl : fleur)  6 Son mari est Tlotzin-Pochotl.  Leurs 6 enfants.  Vers l’angl[e] drt familles toltèques et chichi.  A gauche de la pl : Otomies et leur tribut : Yacanex

                                                petlatl : natte

en haut, à Tepetlaoztoc       tetl : pierre

                                                oztotl : caverne

puis Coacueh (anneau

Acotochtli  ( aco : en haut

                      tochtli : lapin                  7

A l’angle gauche Tenamitec : 3 pierres

pris par 1 fils de Nopaltzin

L’autre prend possession de Zacatlan  zacatl : paille

Feuille 6, recto :

                Sous eux Nopaltzin.  Vers la drte les 3 fils de Nopaltzin vont prendre possession…

Sous eux 1 forêt (           ) de chasse où chassent Xolotl et Nopaltz[in].  Plus bas Texcoco.  Oztoticpac

oztotl : caverne

upac : dessus.

81 ans que les 5 local. de Chichi pay. le tribu[21]

Feuille 7, recto, page 1 à droite :

                                                                                Pl. 4.                {p. 77}

                Nopaltzin sur le trône—mort

32.  Sous lui son fils. 

Tlotzin-Pochotl mort.

Tenancaca[l]tzin derrière le grnd trône    (c’est son bâtard)

—› se bat avec un Tenochca (Mexicain juste arrivé à Mexico)

Sous       mort :      au bord :

Acolhuatzin[22]           .  27   .   mort

—› sur Azcapotzalco—

                                tetl.

Tezozomoc

                                zozoloa[23]    . souffler)

—› ses frères : Tlepcoatzin

(      ) seigneur de Tlatelolco (      )

et sa femme avec enfants.

Acamapitzin (       ) et Iltlancueitl[24]

Sous le trône d’    le graphique

                                                tetl

de Tenochas (Mexicains) :

                                                nopal

derriere elle.  le seigneur de

Coyahuacan.  Chapoltepetl. 

d’où fuient 4.   Un Acolhuas                                                      {p 77. bottom}

(      )  combat un Tépanèque (        ) 

Feuille 7, verso, page 2 à gauche :

‹— un lieu avec 4 Mexic. arrivés.  Dans V ‹— Tlepcoatzin et Acamapitzin

Cuauhtitlan.  (        tlantli).  puis Xaltocan   entouré d’eau d’où Paintzin parle avec Tenac. qui, battu par les Mexiq lui demande en vain des secours,   gauche  .  Xacanex {p 77 l. 13} battu (9) et tué à Chiaunauhtla  

à drte Nopaltzin ay tué Xuetlahihuizin[25] petit-fils de Nopaltzin et fils de Tlotzin-Pochotl.

Acotochtli fut tué par traîtrise à Çoltepec   (çolin : caille)

Devant 1 rivière   venant du Mont de la Lune—

Les rebelles venaient de Metztitlan (Metztli : lune). et de Tototepec (tototl : oiseau

—› mont de Metztitlan

   1er : Huetzin (huehuetl : Tambour)

combat vers < gauche   ces 2 se rendent à Quinatzin.[26]

Feuille 7, verso, page 3 à droite :

dans l’< Quinatzin les poursuit j. [jusqu’à] Tepeazco

                à Texcoco (qu’il agrandit)

                                                                                                oiseau.

                Techotlalatzin fils de Quinatzin

                                                                                                tetl

et sa femme Tozquentzin

   Quinatzin mort 80.

‹— un tlacuilo : Coahtepan?

chef des Tlailotlaque  Tlailotlactli arrivés à Texcoco. 

                de Texcoco : Oztoticpac

    L’Empereur Quin. et sa femme

leur[27] 5 fils     4 firent prison (3)   le 5ème

Chicome-Acatl lui succéda

                  roseaux

                                                                xilotl : maïs

En face 5 : Xilocuechtzin

                                                                cuechtli :

chef des Chimalpanèques.  (chimall{t}i[28] : bouclier.  pan : sur)

marié a

                                coatl

Coaxochitzin                                  fille de Chicome-Acatl

                                xochitl

                                                Tlacatechuhtli : maître

et Tlacateotzin                      teotl : dieu (soleil)

avec Tezocacihuatzin (      )

Feuille 7, recto, page 4 à gauche :

      pres             Tochintecuhtli mort.

—› à Quiyauhtzin (quiauitl   pluie)

     Huexotla : saulaie

     sa femme Tomiyauhtzin

leur 5 enfants : (nenetzin | nenetl : poupée

mariée au seigneur de Coatlichan      (coatl.

                                                                chantli : demeure

: Acolmiztli (bras de lion) —›mort.

   avec Nenetzin : 4 fils.

       Huetzin mort.

Huetzozinco.[29]  Chalco.                   ‹—

Tlacaximaltzin (Tlaximaloni : hache.)

‹— mort.  —› du cône il combat Çayolin (mouche).   Coatepetl et son seigneur.   Qu{i}natzin assaille Totolapan.   Huetzin attaque Huehuetlan    . 

Cuitlahuacan où un guerrier fait prisonnier Cuitlahuacatl

                                fiente

—› Tlepcoatzin  seigneur de Tlatelolco

   son frère Acamapichtli (qui empoigne des

‹— Xolocuechtzin qui vient de chez Quinatzin.

Feuille 8, recto :

il est relié à Pochotl  (arbre.

                                                tetl : pierre

    il habite Teyacac

                                                yacatl : nez

A drt. de la planche sous le disque       Colhuacan.

Le roi Calquiyauhtzin.  fait  mort.  27.

              li[30] :  pluie

            maison

mettre en fuite un Colhuas par un Mexicain ou Tenochca.  —›

Son épouse derrière le cône.

Feuille 8, verso :

Mme Campan : Mémoires.  Vie de Joseph Balsamo  Paris 1791 traduit de l’Italien de la Chambre apostolique.

Feuille 9, recto :

Plus haut 104. 

reliés a tlantli (3 dents) et atl : La futur[e] ville de Chiauhtla à Yacanex                              {77. l. 10}

Haut : Yacanex fuit devant Huetzin (huehuetl : tambour)

                                                maitl :

et le signe Acolhuas 

                                                atl

104.  (140.)

A drte dos à dos : Acotochtli se bat avec

                                sur    lapin

Coacueh.  Ils voient gardent 2 rect.  La 3ème est pour la chasse.  ils y sont aussi mais renvoyés.  ils s’allient à Yacanex.  (Tep[e]tla[o]ztoc).

Quinatzin (oncle de Huetzin : même signe que lui) surnommé Tlatltecatzin (teca : aplanir.  tlalli  terre    zinc)

On le revoit plus bas à Oztoticpac (caverne).  Au dessus Texcoco.  Nopaltzin et Tlotzin-Pocht[31] son fils regardent Xacanex. 

déclarer la guerre à Huetzin.

Au dessous avec ses enfants et sa femme.

Feuille 9, verso :

52 ans.  Dessous Tochintecuhtli qui vient de Xaltocan se fiancer avec Tomihauhtzin.[32]  Ensembles plus haut

                                                                huexotl : saule

avec la dot de Huexotla 

                                                                atenco

                                  atentli : rive       atl : eau

date : 13 roseaux

Dessous         Tlatzalan-Tlallanoztoc où sont Tlotzin-Pochotl et sa femme Pachxochitzin.  Derrière   terres cultivé[e]s

52 de même au-dessus a Coatepetl.  En haut de la             …une contrée entourée d’eau   ce signe avec zin : Huexotzinco.  puis en haut Tepetlaoztoc.  Les 4 sont les fils de Quinatzin fait[s] prisonniers par les rebelles.  A gauche Chollolan sur 1 temple..  A drte le grd. prêtre Iztantzin  118.  Puis 5 localités dont Tlaxcalla (de tortilla)

________________________________


NOTES POUR UN CATALOGUE RAISONNÉ DES ANCIENS MANUSCRITS DANS LA COLLECTION D’EUGÈNE GOUPIL À LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE, PARIS

partie 2

peintures .  histoire 

Les Toltèques étaient détruits depuis cinq ans quand le grand Chichimèque Xolotl, ayant appris par ceux qu'il avait envoyés à la découverte que le pays était entièrement abandonné, arriva pour le coloniser : ce fut en l'an 963 (Macuilli Tecpatl).   Il venait de Chicomoztoc qui est situé vers le Nord.  Il pénétra à travers le pays des Toltèques et parvint à Toltan leur capitale où il ne trouva que des ruines désertes.  C'est pourquoi il ne voulut pas s'y établir mais continua sa route en envoyant de tous côtés à la recherche de ceux qui avaient échappé au désastre et faisant chercher les endroits les plus avantageux pour s'y établir.  Il arriva dans un endroit nommé Tenayucan. 

Oztopolco, où il y avait des grottes et cavernes qui étaient les principales demeures de cette nation.  Le climat de cet endroit exposé au levant était agréable, l'air salubre et les eaux bonnes.  Il était situé sur les bords occidentaux du lac qu'on nomme aujourd'hui Mexico.  Après avoir consulté les chefs de son armée, tous ces avantages le déterminaient à y fonder sa capitale et à y fixer sa résidence.  Il prit tranquillement possession de tout le pays qui avait formé l'empire des Toltèques tant par lui-même que par ses chefs : Acatomatl, Quahautlapal,[33] Coscaquauh, Mitlictac, Tecpan et Iztacquauh.

Il le peupla avec son armée qui, selon les histoires était la plus nombreuse qu'aucun prince eut jamais avant ou après lui dans tout le Nouveau Monde car il paraît qu'elle se montait à plus d'1000.000 d'hommes sans compter les femmes et enfants.  Les pays qui furent peuplés, lors d'une première colonisation, [le] furent sur une circonférence de plus de 200 lieues.  On laissa vivre le peu de Toltèques qui avaient échappé au désastre.  Ils s'étaient réfugiés avec leur familles à Chapultepec, Culhuacan, Tlatzalan, Totolapan etc., Chololan.  Il y en eut même quelques-uns qui allèrent s'établir dans le pays de Nicaragua et dans d'autres plus éloignés où la sécheresse et autres calamités ne s'étaient pas étendus.  Xolotl avait pour femme la reine Tomiyauh qui lui donna un fils nommé Nopaltzin, qui était déjà un jeune homme quand il entra dans ce pays et fut un des principaux chefs de son armée.  Xolotl eut aussi deux filles qui naquirent à Tenayucan où il tenait sa cour.  Ce prince descendait des anciens rois Theochichimèques[34] dont l'empire était situé au septentrion, c'est-à-dire à Necpametl, Nacuiz ainsi qu'on le voit dans l'histoire des rois Chichimèques et comme cela est expliqué dans un chant.  Cette nation porta dès son origine ce nom qui signifie aigle.

Il y avait environ vingt ans que Xolotl était établi quand arrivèrent plusieurs chefs de sa nation qui amenaient à leur suite du monde : il les reçut et leur ordonna de s'établir à Tepetlaoztoc.  Les Toltèques qui avaient échappé à la destruction commençaient à se rétablir de leurs désastres.  Ils avaient pour chef Nauhyotzin qui résidait à Culhuacan et devint beau-frère de Pochotl.  Nauhyotzin refusa de payer le tribut et d'obéir à l'étranger Xolotl, dit que quoiqu'ils fussent peu, ils voulaient garder leur liberté et ne reconnaître d'autres maîtres que le soleil et leurs autres dieux.

Xolotl envoya contre eux le prince Nopaltzin à la tête d'une armée, mais il n'avait pas besoin de beaucoup de troupes, quoique leurs adversaires eussent réuni le plus de monde possible car ils étaient bien moins habiles que les Chichimèques dans l'art de la guerre.  La bataille se donna dans les marais de Culhuacan et quoique les Culhuas eussent l'avantage du terrain, car ils combattaient dans de petits canots, ils furent bientôt vaincus et mis en fuite.  Nopaltzin établit Achitometl sur le trône des Culhuas, nom que l’on donnait alors aux Toltèques, à condition de payer annuellement un tribut à son père, le grand Chichimèque Xolotl.  Ceci arriva en 984. 

____________________________________________________________________

Quarante-sept ans après que Xolotl se fut établi dans le pays d'Anahuac et cinquante-deux ans après la destruction des Toltèques, c'est à dire en 1011, on vit arriver la nation des Aculhuas, qui venait de la partie la plus éloignée de la province de Michoacan.  Ils étaient de même origine que les Chichimèques et divisés en trois troupes dont chacune parlait une langue différente et avait un chef particulier.  Les Tecpanèques avaient pour chef Aculhua, c'était le plus puissant.  Chiconquauhtli, le second, commandait aux Otomites[35] qui venaient du pays le plus éloigné et parlaient la langue la plus différente des autres.  Il paraît, d’après leurs historiens, qu'ils étaient partis de l'autre côté de cette mer Méditerranée, que l'on appelle mer vermeille, vers la Californie.  Le troisième, Tzontecomatl, commandait aux véritables Aculhuas.  Ces trois chefs se présentèrent à Xolotl, le priant de les admettre dans son empire et de leur donner des terres pour s'y établir.  Celui-ci, connaissant leur haute noblesse, se réjouit beaucoup de leur arrivée, les reçut très bien et leur donna des terres pour s'y fixer avec leurs vassaux.  Il maria ses deux filles avec deux d'entre eux, et leur céda des villages et des seigneuries.  Aculhua épousa la princesse Cuetlaxochitzin et reçut en dot la ville d'Atzcaputzalco qui devint la capitale de ses états.  Chiconquauhtli épousa Cihuaxochitl et reçut Xaltocan qui fut longtemps la capitale de la nation Otomite.  Xolotl donna à Tzontecomatl la ville de Coatlichan et lui fit épouser Quatetzin (Coatetl) fille de Chalchiuhlatenac,[36] seigneur de la nation toltèque et un des principaux chefs de la province de Chalco.  Aculhua, premier seigneur d'Atzcaputzalco et de la nation Tecpanèque, eut trois fils de la princesse Cuetlaxochitzin.  L'aîné, qui se nommait Tezozomoc, succéda à son père Tlepcoatzin, le second fut le premier seigneur de Tlatelolco, et Acamapitchli,[37] le dernier, régna sur les Tenuchcas, qui sont les mêmes que les Mexicains et furent les derniers qui vinrent s'établir dans le pays—et le coloniser.  Chiconquauhtl[i], seigneur de Xaltocan et de la nation Otomite, eut trois enfants, sa fille aînée nommée Izipacxochitzin[38] épousa Chalchiatlomotzin,[39] premier seigneur de Chalco Atenco.  Son fils Macuilcoatl Ochopantecuhtli[40] fut le premier seigneur de la province de Meztitlan; l'autre, Tzontecomatltecuhtli, eut un fils nommé Tlacotzin qui épousa la fille de Cozcaquauh, un des premiers seigneurs et fondateurs de la province de Chalco.  Le prince Nopaltzin épousa à la même époque Azcaxochitzin fille légitime du prince Pochotl et petite-fille de Topiltzin, dernier roi des Toltèques.  Cette union établit la paix solide et perpétuelle entre les deux nations, qui commencèrent à s'unir par des mariages. 

Azcaxochitzin eut trois fils nommés Tlotzinpochotl, Huizaquentochintecuhtli et Coxanatzin Atencatl.  Il avait eu auparavant un fils naturel nommé Tenancacaltzin. 

___________________________________________________________

Jusqu'à l'arrivée des Aculhuas, aucun des chefs qu'avait amenés Xolotl n'avait reçu de domaines particuliers parce qu'ils étaient occupés à coloniser tantôt une province, tantôt une autre.  Mais quand ce prince eut fait d'aussi grandes concessions aux Aculhuas qui étaient étrangers, il sentit qu'il était temps de les récompenser.  Il résolut donc de leur distribuer des terres selon leur dignité et leur importance, ce qu'il fit dans la même année.  Il ordonna qu'Acatomatl, Quauhatlapal Coscaquauh, qui l'avaient accompagné et Chalchiuhtlatonal, noble toltèque, se partageassent la province de Chalco, qui produit abondamment toutes les choses nécessaires à la vie.  Netztlitztac[41] reçut celle de Tepeyacac.  Xolotl donna la province de Macahuacan aux deux derniers, Tecpatl et Quauhtliztac; il confia aux deux fils cadets de Nopaltzin, Huixaquen et Coxanatzin, les provinces de Zacatlan et Tenamitec.  Ils devinrent par là maîtres de tous les pays situés en dehors de la circonférence des montagnes dont j'ai parlé plus haut, ce qui comprend tout le territoire situé entre la Guastèque et la Mistèque, domaine digne de leur rang, car il contient de vastes et riches provinces.  Il les affranchi de tout vasselage et tribut envers l'empire, à l'exception de l’hommage—lige, de l'obligation de venir à la cour quand ils y seraient mandés et d'amener leurs soldats au secours de l'empire en cas de guerre.  Il accorda aussi les mêmes exemptions à ses filles et à ses gendres. 

Dans la même année il fit entourer d'une enceinte fortifiée une grande forêt dans les montagnes de Tezcuco où l'on traqua une quantité de cerfs, de lapins et de lièvres.  Il fit ensuite élever un Cou ou temple où il offrait au soleil les prémices du gibier que lui, son fils Nopaltzin, ou son petit-fils Pochotl prenaient chaque matin.  Les Chichimèques appelaient le soleil leur père, et la terre, leur mère.  Ils ne reconnaissaient aucun autre dieu; ils tiraient aussi de cette forêt le gibier dont ils avaient besoin pour leur nourriture ou leurs vêtements.  Les provinces de Tepepolco, Zempoallan, Tollantzinco et Tolquachiocan étaient chargées de son entretien. 

Xolotl abandonna au prince Tlotzin, son petit-fils, les tributs que devaient payer à l'empire les provinces de Chalco, Tlalnahuacaztlhuic,[42] et toutes celles qui sont sur le flanc du volcan et des montagnes neigeuses jusqu'à l'endroit où finissent celles de Tezcuco...  Tlotzin établit sa résidence dans un endroit nommé Tlatzanlatlalanoztoc.[43]  Il épousa Pachxochitzin, fille de Quauhautlapal,[44] un des principaux seigneurs de Chalco.  Il en eut d'abord deux filles : Quinantzin Cal et Tecatzin, et ensuite quatre fils nommés Nopaltzin, Quetlachihui, Tochintecuhtli, qui fut le premier seigneur de la province et de la ville de Huexotzingo, et enfin Xiuhquetzallitecuhtli, premier seigneur de Tlaxcalla.

__________________________________________________________________

Tlacoxin,[45] fils de Tzontecomatl, chef de Coatlichan et des Aculhuas, épousa Malinalxochitzin, fille aînée du prince Tlotzin Pochotl.  Il en eut deux fils, Huetzin et Chichimecallihuatzin.  Voyant que, depuis qu'il était allié à la maison impériale ses charges étaient très fortes, quoique son domaine fut de peu d'importance, il résolut d'aller trouver Xolotl et de lui demander quelques faveurs pour son petit-fils Huetzin.  Il lui présenta sa demande dans une maison de plaisance que ce prince avait au bord du lac.  Xolotl le combla de grâces et donna à Huetzin, qui était encore enfant, la province de Tepetlaoztoc.  Elle avait été colonisée par les six chefs qui étaient venus les derniers, et payait depuis 81 ans à l'empereur un tribut qui faisait parti de son apanage.  Ce fut ainsi qu'il augmenta ses domaines.  Le tribut que payaient les Chichimèques consistait en lapins cerfs, peaux...et manteaux de nequen (étoffe en fil de maguey).  Le prince Nopaltzin, qui se trouvait alors avec son père, ordonna à son arrière-petit fils Huetzin d'épouser Atototzin, fille aînée d'Achitometzin premier roi et seigneur des Aculhuas, et à la plus jeune, nommée Ylancueitl de s'unir à son neveu Acamapixtli, fils d'Aculhua premier seigneur d'Azcaputzalco [sic] et roi des Tepanèques.  Ces deux princesses étaient mères de sa femme Azcalxochitl.  Les deux mariages furent célébrés en 1050. 

Les habitants de Tepetlaoztoc se trouvaient opprimés par le gouvernement du jeune Huetzin… Le plus mécontent était Yacanex, leur principal chef.  Il se hasarda enfin à faire deux choses bien hardies.  Quand il apprit le mariage projeté entre Huetzin son maître et la princesse Atotozin il s'y opposa violemment et la demanda pour lui en menaçant si fort le roi, son père, qu'il en fut très effrayé, ainsi que toute sa cour.  Il fit répondre qu'il ne pouvait manquer à la parole donnée à Nopaltzin.  Cependant Xolotl amusa Yacanex par des négociations et finit par envoyer sa fille rejoindre son époux Huetzin, craignant que le rebelle ne la lui enleva par force, car il avait déjà réuni des armes et des soldats.  Yacanex mit le comble à son audace en refusant toute obéissance à son souverain Huetzin, et souleva tous les Chichimèques de la province de Tepetlaoztoc, de sorte que Xolotl, en l'an 1062, voulant mettre un terme à tous ses désordres et éviter une guerre civile, fit appeler Tochintecuhtli, fils de Quetzalmacatl[46] seigneur de Quauhacan,[47] homme brave et expert dans l'art de la guerre, ainsi qu'un grand nombre de familles chichimèques.  Il commença par lui promettre de grandes récompenses s'il se tirait habilement de sa mission, et lui ordonna de se rendre à Xaltocan et d'y épouser Tom[i]yauh, son arrière petite-fille par Opantecuhtli[48] qui venait d'hériter de la seigneurie de Xaltocan et de la couronne des Otomites, et de marcher ensuite à Huexotla pour venir avec son armée au secours d'Huetzin.  Xolotl ajouta que dès ce moment, il le faisait seigneur de tous ces pays ainsi que de Teotihuacan et autres lieux.  Il lui recommanda d'épargner le sang des sujets, de prendre et de tuer Yacanex avec ses complices, et s'il ne pouvait y réussir, il devait secourir Huetzin avec son armée et détruire les rebelles par la force.  Tochintecuhtli exécuta tout ce qui lui était ordonné.  Il arriva à Huexotla, l'année suivante 1064.  Le prince Quinatzin transporta sa cour et sa résidence à Oztoctepac[49] dans la province de Tezcuco, et commença à construire cette ville.  Son père habita Tlazalan, autant parce que la position lui parut plus avantageuse que pour venir au secours de son neveu Huetzin.  Deux ans auparavant ce prince avait fait élever trois grandes murailles, l'une depuis le bas de la ville d'Huexotla jusqu'au lac, la seconde autour de la ville de Texcuco, qu'il avait commencé de fonder.  Elles étaient destinées toutes deux à protéger les plantations de maïs et d'autres grains qui servaient de nourriture aux Aculhuas et aux Toltèques.  La troisième, auprès de la ville de Tepetlaoztoc, formait un parc pour les cerfs, les lièvres et les lapins.  Il chargea de la garde de ces murailles deux chefs Aculhuas qui se nommaient Acotoch et Coacueh.  Quoique la garde de la dernière enceinte fut de nature à leur plaire et que les deux autres fussent destinées à protéger l'agriculture, qui n'était pas encore bien répandue chez les Aculhuas, ils regardaient cette commission comme une charge si pesante qu'ils se liguèrent avec le rebelle Yacanex et d'autres bandits, ce qui força Quinantzin et son neveu Huetzin à réunir leurs troupes à celle de Tochintecuhtli premier seigneur de Huexotla pour attaquer l'ennemi en deux endroits différents.  Huetzin marcha vers l'endroit où est bâtie aujourd'hui la ville de Chiauhtla, où les rebelles s'étaient fortifiés.  Le prince leur livra une sanglante bataille dans laquelle il périt beaucoup de monde des deux côtés, les rebelles furent complètement défaits.  Leur chef Yacanex se réfugia sans tarder dans les montages situées du côté de Panuco, où il chercha à se fortifier.  Quinantzin culbuta aussi les forces des bandits qui lui étaient opposés mais Acotoch, qui les commandait, trouva le moyen de lui échapper et chercha à se réfugier auprès de Yacanex.  Dès lors le pays fut entièrement pacifique et jusque dans les provinces les plus éloignées on ne s'occupa plus qu'à coloniser et à cultiver—

Dans la même année Aculhua chef d'Atzcaputzalco fit aussi la guerre à Cozcaque, un des Chichimèques rebelles, qui avait soulevé la province de Tepozotlan, qui appartenait à Aculhua.  Cozcaque battu et mis en déroute se retira auprès de ses complices.  Ces combats, les premiers que livrèrent les Chichimèques, eurent lieu 140 ans après la destruction des Toltèques, c'est à dire en 1075. 

Le grand Empereur des Chichimèques, Xolotl, mourut dans la ville de Tenayucan la 112e année de son règne et 117 ans après la destruction des Toltèques à l'époque la plus prospère du Nouveau Monde.  On lui fit des funérailles magnifiques et son corps fut enterré dans une caverne de sa résidence, en présence de presque tous les princes et seigneurs de son empire.

____________________________________________________________

Aussitôt que l'on eut rendu les derniers honneurs à Xolotl, les princes et nobles prêtèrent serment à son héritier légitime, Nopaltzin, en qualité de seigneur suprême et universel.  Il gouvernait si bien que, pendant les 32 ans de son règne, aucun seigneur n'osa remuer.  Il les contint dans l'obéissance; et l'empire qui comprenait les provinces des Chichimèques, la Mistèque et le Michoacan, jouit de la plus grande prospérité.  A la même époque Calzozamotzin[50] hérita de la couronne des Aculhuas et fut confirmé par Nopaltzin.  C'est le troisième roi de cette nation. 

Outre les lois qu'il tenait de ses aïeux, Nopaltzin proclama les suivantes : Il défendit sous peine de mort de mettre le feu aux prairies et forêts sans sa permission, hormis dans les cas de nécessité.  Personne ne devait toucher au gibier pris dans les filets tendus par un autre, ou aller à la chasse sans permission sous peine de voir confisquer son arc et ses flèches.  Il était défendu de s'emparer du gibier blessé par un autre, quand même on le trouvait dans les champs.  La peine de mort était aussi encourue par ceux qui dérangeaient les bornes des chasses appartenant à différents particuliers.  Les adultères des deux sexes devaient être mis à mort à coups de flèches.  Il promulgua encore plusieurs autres lois nécessaires à cette époque pour le bon gouvernement d'un Empire.  Son petit-fils le prince Quinantzin Tlatecaltzin, qui avait établi sa résidence dans la ville de Tezcuco, épousa Quauhtzihuatzin :[51] fille de Tochintecuhtli premier seigneur de Huexotla.  Il en eut cinq enfants.…et Techotlalatzin, qui hérita de l'Empire par les raisons que je dirai plus bas.  Huetzin qui avait épousé la princesse Atototzin eut sept enfants…  Tochintecuhtli premier seigneur de Huexotla eut de Tom[i]yauhtzin cinq enfants : Quauhcihuatzin, qui fut reine de Tezcuco; Quauhtzin, Nenetzin qui épousa Acomitztli, seigneur de Coatlichan; et Yaotl.  Le second fils d'Aculhua, nommé Tlepcoatzin, épousa Chichimeca Zoatzin, sœur de Huetzin, seigneur de Coatlichan.  Il en eut deux enfants QuauhQuauhpizahuac,[52] second seigneur de Tlatelolco, et une fille qui épousa Chalchiu[h]tlatonac, son cousin, qui devint le seigneur de Cuyoacan.  Acamapichtli, dernier fils d'Aculhua, eut trois enfants de sa femme Ylancueitl : Huitzilihuitzin, second seigneur des Tenuchcas et roi des Culhuas; Chalchiuhlatonac…et Xiutlatona, qui fut tué à Huepantecatl.  Tous les princes dont je viens de parler, naquirent sous le règne de Nopaltzin.  J'ai fait mention de leur généalogie parce que la plus illustre noblesse de la Nouvelle Espagne descend de ses princes.  A la fin de son règne Nopaltzin passait presque tout son temps à Tezcuco à laquelle on avait déjà donné le nom de Xolotepan ou temple de Xolotl.

  
Il s'occupait à donner des instructions et des conseils à son fils Huetzin sur la manière de gouverner l'empire, qui était très florissant et auquel étaient soumis quantité de rois et de seigneurs très puissants.  Il lui rappelait souvent la haute valeur de ses ancêtres et de son aïeul Xolotl, dont il ne parlait qu'avec regret et les larmes aux yeux.  Nopaltzin mourut dans la ville de Tenayucan en l'an 1107 et fut enseveli à côté de son père.  Sa perte excita une grande douleur dans tout l'empire; presque tout les seigneurs assistèrent à ses obsèques. 

____________________________________________________

Aussitôt qu'Huetzin fut monté sur le trône et qu'on lui eut prêté serment, il s'occupa promptement de la culture.  Comme du temps de son aïeul Xolotl, il avait presque toujours habité la province de Chalco et il[53] avait toujours eu beaucoup de rapports avec les Chalcas et les Tenuchcas parce que sa mère était leur reine légitime.  Il sentit combien le maïs et les autres grains et légumes étaient nécessaires pour soutenir la vie humaine.  Il avait surtout appris de Tecpoyo Achcauhtli, son ancien précepteur, qui avait son habitation et sa famille sur le rocher de Xicco, la manière de cultiver la terre.  Comme il était devenu très habile dans cet art, il ordonna partout de s'y adonner : cela parut très avantageux à la plupart des Chichimèques, qui obéirent volontiers; mais un certain nombre voulaient conserver les mœurs de leurs aïeux, se retirer dans les montagnes de Meztitlan, de Tototepec et d'autres parties éloignées, sans cependant oser se révolter comme l'avaient fait Yacanex et ses alliés.  Ce fut à cette époque que l'on commençait partout à cultiver la terre, à planter des grains, du maïs, des légumes, et du coton dans les terres chaudes pour servir à l'habillement.  

Voici quelles étaient les cérémonies en usage au couronnement de l'Empereur des Chichimèques, et lorsqu’on lui prêtait serment.  On le couronna avec une herbe nommée pachxochitl qui croît dans les montagnes; on lui mettait sur la tête des panaches de plumes d'aigle royal dans des tuyaux d'or ornés de pierreries que l'on nommait cocoyahualotl, et d'autres panaches de plumes vertes nommés tecpilotl, que l'on attachait avec des courroies de cuir de cerf teintes en rouge.  Quand cette cérémonie avait été faite par les anciens de la nation, on allait dans une espèce de parc où l'on avait réuni des bêtes féroces de toute espèce avec lesquelles on combattait et l'on y faisait milles prouesses.  Après les avoir tuées et dépecées, couru, sauté, tiré des flèches les uns contre les autres, on se réunissait dans les palais, qui étaient de grandes cavernes; l'on y servait un festin composé de toutes espèces de gibier boucané sur des grils (barbacoas) et non séché au soleil comme quelques-uns l'ont cru, car les Chichimèques ont toujours connu l'usage du feu.  Ils avaient même la coutume, quand ils prenaient possession d'un pays, d'en allumer sur les plus hautes montagnes.  On voit dans les histoires que Xolotl en agit ainsi quand il conquit l'Anahuac.  En temps de guerre ils faisaient des signes sur les hauteurs avec de la fumée.  Chaque famille vivait ensemble et ceux qui n'avaient pas de caverne qui formait leur principales habitations construisaient des huttes en paille.  Le gibier était partagé entre toute la famille de celui qui l'avait tué mais la peau était la propriété exclusive du chasseur.  Ils en composaient leurs costumes, savaient très bien les tanner et les préparer.  Dans la saison froide ils portaient le poil en dedans, et dans le temps des chaleurs, qui est le même que celui des pluies, ils le mettaient en dehors.  Les rois et les seigneurs portaient sous leurs peaux des étoffes de nequen, très fines ou de coton lorsqu'ils en avaient.  Ils ne pouvaient prendre qu'une seule femme, qui ne devait pas être leur parente, même à un degré éloigné; cependant plus tard ils épousèrent leur cousine germaine et leur tante, coutume qu'ils prirent des Toltèques.  La nation Chichimèque fut la plus belliqueuse de tout le Nouveau Monde; c'est pourquoi elle subjuguait toutes les autres. 

Après un règne de 36 ans Huetzin mourut en 1141 et fut enseveli auprès de son père et de son aïeul.  Les princes et les seigneurs assistaient à ses funérailles qui se célébraient de la manière suivante.  Aussitôt après la mort, on accroupissait le cadavre et on l'attachait avec les vêtements et les insignes royaux; on le plaçait sur le trône, et l'on faisait entrer ses enfants qui lui adressaient la parole avec des larmes et des gémissements.  Ils s'asseyaient autour de lui jusqu'au moment de le porter à la caverne où il devait être enterré.  On y avait creusé un trou circulaire de plus d'une toise de profondeur dans lequel on le descendait et on le recouvrait de terre. 

Huetzin fut le dernier qui tint sa cour à Tenayucan; son fils Quinantzin ne voulut pas y résider parce qu’il avait construit de fort beaux édifices dans la ville de Tezcuco, où il tenait sa cour.  Il donna donc Tenayucan en apanage à son fils Tenancacaltzin.

___________________________________________________________

La ville de Tezcuco fut fondée du temps des Toltèques, sous le nom de Catlenichco;[54] elle fut détruite en même temps que cette nation et reconstruite par les empereurs chichimèques, particulièrement par Quinantzin, qui l'orna beaucoup, y établit sa résidence, et en fit la capitale de l'empire.  Après l'arrivée des Chichimèques ceux-ci lui donnèrent le nom de Tezcuco, c'est à dire lieu où l'on s'arrête parce que ce fut là que s'établirent toutes les nations qu'il y avait alors à la Nouvelle Espagne. 

Aussitôt que Quinantzin-Tlatecaltzin eut rendu les derniers devoirs à son père à Tenayucan, il revint à Tezcuco avec tous les seigneurs qui y avaient assisté et ceux qui étaient arrivés depuis.  Il se fit reconnaître et prêter serment comme souverain seigneur et il y résida toujours dans la suite.  L'année même de la mort de Huetzin les Mexicains arrivèrent à l'endroit où est aujourd’hui la ville de Mexico.  Elle faisait alors partie des domaines d'Aculhua, seigneur d'Atzcaputzalco.  D'après les peintures et les caractères des histoires anciennes, ces Indiens venaient des confins de la province de Xalisco; il parait qu'ils étaient de la même race que les Toltèques et de la famille du noble Huetzin, qui avait échappé lors de la destruction des Toltèques et demeurait alors à Chapultepec qui fut détruit plus tard.  On raconte qu'il traversa avec eux le pays de Michoacan et se réfugia dans la province d'Aztlan, où il mourut, et qu'il eut pour successeurs Ozolopan son fils et Aztlal son petit-fils qui eut pour héritier Ozolapan second.  Celui-ci se rappelant le pays de ses ancêtres prit la résolution d'y retourner avec toute sa nation que l'on nommait déjà Mezetin.  Il la commandait ainsi que Izcahui, Cuexpal, Yopi et Aztlal et Acatl.  Il avait aussi avec lui sa sœur, femme très courageuse, nommée Maxtal.  C'est ainsi qu'il arriva à l'endroit dont je viens de parler après bien des aventures qui sont rapportées dans les histoires.  Les Mexicains conduisaient avec eux leur principale idole Huitzilopochtli, qui les gouvernait par l'organe de ses prêtres.  Pour se mettre à l'abri des malheurs qui les avaient affligés ils résolurent de se placer sous la protection du roi. 



[1] Sic : révérenciel. 

[2] Sic : cuauhtli. 

[3] Sic : Cuauhatlapal. 

[4] Sic : Tecpatzin. 

[5] Sic : mitl. 

[6] Sic, une abbréviation : Iztaccuauhtli (Kartunnen). 

[7] Sic : probablement Xiuhtzin. 

[8] Sic : probablement Xihuitlpopoca ou Xiupopoca (Kartunnen); Xiuhpopoca se trouve en Boban.

[9] Sic : Nauhyotl (Karttunen). 

[10] Sic : Nauhyotl (Karttunen). 

[11] Charlot a corrigé : Chapultepetl.

[12] Karttunen : probablement Tecpa xochitl, “miroir de fleur”.  Le nom Tecpaxochitzin se trouve dans Boban. 

[13] Charlot a corrigé : Xolotl. 

[14] Sic : chalchihuitl. 

[15] Sic : Atenco (Karttunen). 

[16] Sic : Acolhuatzin ou Aculhuatzin.

[17] Ici et avec ctli en bas, Charlot indique les terminaisons des mots non-agglutinés. 

[18] Sic. Charlot suit Boban.  Karttunen suggère Acamapichtzin ou Acamapitztzin. 

[19] = “angle”.

[20] Sic : Calcozametzin. 

[21] Sic, probablement : 81 ans que les cinq localités de Chichi payent le tribut.

[22] Sic : Aculhuatzin. 

[23] Boban écrit le mot ainsi.  Karttunen suggère zozoloca

[24] Sic : Ilancueitl. 

[25] Sic : Xuetlachihuitzin. 

[26] Boban emploie les deux formes : Quinatzin et Quinantzen. 

[27] Original : leurs.

[28] La correction de Charlot est en faute; la forme correcte est l’original : chimalli

[29] Sic : Huexotzinco. 

[30] Charlot donne ici la terminaison du mot calli ‘maison’ quand il n’est pas agglutiné. 

[31] Sic, abbréviation : Pochotl. 

[32] Sic : Tomiyauhtzin. 

[33] Sic.  Ternaux-Compans, volume 12, page 31, écrit “Quahuauhtlapal”; probablement Quauhtlapal ou Cuauhtlapal (Karttunen). 

[34] Sic.  Charlot suit Ternaux-Compans, volume 12, page 34; Teochichimèques (Karttunen). 

[35] Remplace : Otomies.  Charlot suit Ternaux-Compans, volume 12, page 38. 

[36] Sic.  Charlot corrige partiellement Ternaux-Compans, volume 12, page 39 “Chalchiuhlatonac”; probablement Chalchiuhtlatenac (Karttunen). 

[37] Sic : Acamapichtli. 

[38] Sic.  Charlot suit Ternaux-Compans, volume 12, page 40; peut-être Iztacxochitzin (Karttunen). 

[39] Sic.  Ternaux-Compans, volume 12, page 40. 

[40] Sic.  Ternaux-Compans, volume 12, page 40. 

[41] Sic.  Ternaux-Compans, volume 12, page 44; Karttunen suggère Nextliztac. 

[42] Sic.  Ternaux-Compans, volume 12, page 46, “Tlalnahuacaztlahuic”. 

[43] Sic.  Charlot suit Ternaux-Compans, volume 12, page 46.  Karttunen suggère Tlatzalanoztoc. 

[44] Sic.  Charlot suit Ternaux-Compans, volume 12, page 46; Quauhatlapal (Karttunen). 

[45] Sic.  Charlot suit Ternaux-Compans, volume 12, page 49; Tlacotzin (Karttunen). 

[46] Sic.  Charlot suit Ternaux-Compans, volume 12, page 52; Quetzalmaçatl (Karttunen). 

[47] Sic.  Charlot suit Ternaux-Compans, volume 12, page 52. 

[48] Sic.  Charlot suit Ternaux-Compans, volume 12, page 52.

[49] Sic : Oztotepec (Karttunen).  Ternaux-Compans, volume 12, page 53, écrit “Oztocticpac”. 

[50] Sic.  Ternaux-Compans, volume 12, page 58, écrit “Calzotzamotzin”; peut-être Calzozomotzin (Karttunen). 

[51] Sic.  Charlot a corrigé partiellement le “Quauhtzihuazin” de Ternaux-Compans, volume 12, page 59; probablement Quauhcihuatzin (Karttunen). 

[52] Sic.  Ternaux-Compans, volume 12, page 60, écrit “Quauhquauhpizahuac”; Quauhpitzahuac (Karttunen). 

[53] Original : qu’il. 

[54] Sic.  Ternaux-Compans, volume 12, page 69. 

Bibliographie