UH MANOA Library | SPECIAL Collections | CHARLOT Collection

TEXTES FRANÇAIS
ŒUVRES EN PROSE

Jean Charlot

Editées par John Charlot, Marie-José Fassiotto, et Michelle Smith

 

©2001 John Charlot et le Jean Charlot Estate LLC

©2001 John Charlot and the Jean Charlot Estate LLC

Si vous vous servez de ce site ou faites allusion à tout contenu s'y rapportant, veuillez lire attentivement le texte ci-dessous concernant
les droits de reproduction.

Textes Français. Tous droits de reproduction, de traduction et d'adaption réservés pour tous pays.

Il est permis de reproduire intégralement ou partiellement sur quelque support que ce soit le présent ouvrage à des fins non commerciales à condition qu'en soit mentionnée la source.

Please read this Copyright Statement, especially if you are using or referring to any content contained in these sites.

Textes Français is copyrighted 2001 by
John Charlot and the Jean Charlot
Estate LLC

The text of these web pages may be reproduced in whole or in part provided that proper credit is given and reproduction is not for commercial purposes.

 

TABLE DES MATIÈRES

Note sur la Présente Edition

Articles et Conférences

1. “Nous les Jeunes !”

2. “La Probité Artistique”

3. “Des Leçons de la Guerre”

4. “Mexico”

5. “De la Critique et des Peintres”

6. “Conseils du Peintre à un Client Possible”

7. “Des Diverses Sortes de Mauvais Peintres”

8. “Sur Diego qu’on Empêchait de Peindre”

9. “Réponse à Molina”

10. “Aide-Mémoire Technique”

11. “D. Alfaro Siqueiros”

12. “Sur la Destruction des Peintures”

13. “Prologue ou Présentation d’un Groupe de Graveurs sur Bois”

14. “Sur la Danse”

15. “Une Renaissance Mexicaine”

16. “La Place de la Nature dans la Peinture Chinoise : à propos des Peintures à l’Encre de Tseng Yu-ho”

17. “Proclamation adressée au peuple hawaiien, le 26 août 1849, par l'Amiral Legoarant de Tromelin”

18. “Le Journal du Picpucien Louis Maigret, 1804-1882, Evêque d'Arathie et Vicaire Apostolique des Iles Sandwich.  Notes et analyses” 

19. “Introduction au Journal de Louis Désiré Maigret”

Traité

20. Traité de Peinture

Notes Inédites sur l’Art et la Littérature

21. Notes sur la Collection Aubin-Goupil à la Bibliothèque Nationale, Paris

22. Notes sur l’Autel de Isenheimer de Matthias Grünewald

23. Note Bibliographique sur une Edition de Les Orientales de Victor Hugo

24. Note sur l’Art Hollandais

25. Note sur l’Atelier de Desportes

26. Notebook C : Notes sur l’Art

26.C. “Lhote”

27. “Félibien : Entretiens sur la vie des peintres 1690”

28. Notes sur des Artistes Grecs

29. Notes Détachées sur l’Art

30. Ebauche d’un Essai sur la Religion Populaire Indo-Américaine

31. Notes sur l’Art dans Sketchbook 1933

32. Note sur Les Joueurs de Cartes de Cézanne
Ecrits Autobiographiques et Religieux

33. Notes détachées sur ses propres œuvres

34. Guerre 1918

35. Journal autour de la Bataille du Matz

36. “Historique de la 15e Btt du V/101” 

37. Notes détachées faites pendant la Guerre et l’Occupation

38. Notebook C : Notes Religieuses et Personnelles

38.A. Méditation

38.B. Prière

38.E. Méditation

38.H. Rêve

38.I. Rêve

39. Méditations Pendant l’Occupation

40. Ludwigshafen Notebook

Partie 1

40.O. Rêve

Partie 2

41. Les Arrivées au Mexique

42. Notes détachées au Mexique

43. Voyage à Cobá

44. Notes Religieuses

44.C. Charité

45. Lettres choisies

Bibliographie

ADDENDA

"La Jeune Peinture Mexicaine"

Note Bibliographique: "La Jeune Peinture Mexicaine," 1922

Guadalupe Posadas

Sans titre [version de "Conseils d'un Peintre à un Client Possible," 1922], 1931. Dans Paul Claudel, Jean Charlot (Peintres Nouveaux), nrf, Paris, pages 7-10.

Lettres de Jean Charlot à Walter Pach


NOTE SUR LA PRÉSENTE ÉDITION
DES ŒUVRES EN PROSE DE JEAN CHARLOT

La présente édition des œuvres en prose de Jean Charlot s’inscrit dans le cadre d’un plus vaste projet, à savoir la mise à jour de tous ses écrits en français, comprenant sa poésie et ses lettres,[1] accompagnés d’une introduction approfondie.  La majorité des textes de Charlot écrits en espagnol, ainsi que ses deux pièces en Náhuatl, viennent de paraître en ligne sur le site de la Collection Jean Charlot (JCC) sous le titre Escritos sobre Arte.  Ses autres écrits en français et en hawaïen feront l’objet d’une publication prochaine.

Les écrits de Charlot reflètent les aspects pluriculturels de sa carrière, tels qu’on peut le voir dans la chronologie de sa vie par Karen Thompson sur le site JCC.  Né à Paris d’une famille franco-mexicaine, Charlot a été élève à l’Ecole Hattemer et au Lycée Condorcet.  Il a travaillé aussi dans les coulisses de l’Ecole Nationale des Beaux-Arts.  La maladie de son père d’abord, suivie de sa mort, l’ont forcé à quitter l’école et à s’occuper de sa famille.  Il a été un des premiers membres de La Gilde Notre-Dame, une association d’art liturgique.  Appelé sous les drapeaux en 1917, il a reçu la formation d’artilleur dans la cavalerie et celle de radio dans les transmissions.  Il s’est battu à la Bataille du Matz en 1918, avant d’être envoyé à Fontainebleau à l’école des officiers.  Assigné à la Division Marocaine, il a combattu dans les dernières batailles de la guerre.  Après la guerre, il a participé à l’Occupation du Rhin et a été démobilisé en mai 1920.

Artiste, il a vécu à Paris jusqu’en 1921, année où sa mère et lui ont décidé d’émigrer et de s’établir au Mexique chez leurs parents mexicains.  Là, Charlot est devenu un des membres fondateurs de la Renaissance Murale Mexicaine, et a peint la première fresque murale, Le Massacre dans le Temple Principal, 1922-1923.  Plus tard il a écrit d’importants textes sur l’histoire de l’art du Mexique.  Charlot a aussi travaillé comme archéologue à Chich’en Itza, au Yucatan, de 1925 à 1928. 

En 1928, Charlot et sa mère se sont installés aux Etats-Unis, où elle est décédée.  Charlot a travaillé comme peintre, muraliste, illustrateur de livres et professeur dans plusieurs lieux.  Il a épousé Zohmah Day en 1939, et ils ont eu quatre enfants.  Bien que devenu citoyen américain, il a répondu à l’appel aux armes au début de la deuxième guerre mondiale et a été nommé à un bureau à New York en tant que responsable d’achats d’avions.  Il a été démis de ses fonctions par son commandant après la défaite française.  En 1945-1946, Charlot a fait des recherches au Mexique pour son livre The Mexican Mural Renaissance : 1920-1925, œuvre publiée en 1963.  En 1949, il s’est établi aux Iles Hawaï où il a habité jusqu’à sa mort en 1979. 

Charlot est connu surtout comme peintre, mais il a aussi beaucoup écrit : théories et critiques d’art, histoire et littérature d’imagination.  Il a commencé par écrire en français, puis en espagnol et en Náhuatl quand il était au Mexique, plus tard principalement en anglais aux Etats-Unis, et il a même écrit deux pièces en hawaïen aux Iles Hawaï.  Il s’est toujours efforcé d’employer les qualités distinctives de chaque langue dont il se servait. 

Les premiers écrits en français de Charlot dont nous ayons connaissance datent de l’époque d’avant son entrée à l’école primaire et continuent presque jusqu’à sa mort.  Ils couvrent un grand nombre de sujets et sont importants pour notre compréhension de sa vie et de sa pensée.  Ils ont l’avantage d’être ses tous premiers écrits et d’être aussi dans sa langue maternelle.  Charlot s’intéressait beaucoup au style littéraire, étant tout à la fois lecteur assidu de littérature et auteur de poèmes lui-même.  Il a été influencé principalement par Léon Bloy et Joris-Karl Huysmans bien qu’il soit également possible de déceler la langue poétique de Paul Claudel dans ses écrits.  Charlot a développé un style énergique et s’est intéressé au renouvellement de mots anciens.  Cet intérêt s’est trouvé renforcé grâce à ses lectures d’œuvres en prose et en vers des auteurs français d’avant la période classique. 

Malheureusement, peu de ses écrits en français ont été achevés en vue d’être publiés.  En France, seul son article “Nous les Jeunes!” a paru; et au Mexique, “Une Renaissance Mexicaine”, écrit avec Anita Brenner.  Au Mexique, la plupart de ses articles en français ont été rédigés pour servir de base à ses écrits en espagnol.  On ne sait s’il les aurait révisés ultérieurement pour les faire paraître en français.  Après 1928, Charlot n’a plus composé d’œuvres formelles dans sa langue maternelle jusqu’en 1950, date où il a écrit “La Place de la Nature dans la Peinture Chinoise : à propos des Peintures à l’Encre de Tseng Yu-ho”.  Plus tard, encouragé par le Père Patrick O’Reilly, rédacteur en chef du Journal de la Société des Océanistes, il a aussi rédigé trois autres articles en français sur les aspects historiques de la présence française aux Iles Hawaï.  Néanmoins, pendant toutes ces années-là, Charlot a continué à lire et à parler le français aussi bien qu’à l’écrire.  Au Mexique et aux Etats-Unis, il a commencé à introduire dans sa propre langue, petit à petit et sans en être vraiment conscient, des mots et des expressions, espagnols d’abord, et anglais ensuite.  Par contre dans ses deux derniers articles sur l’évêque Louis Maigret, s’il emploie des mots anglais, c’est bien comme figure de rhétorique cette fois.

Les transcriptions précises des manuscrits en français de Charlot se trouvent dans la Collection Jean Charlot et sont au service des étudiants et des chercheurs.  Dans la présente édition n’ont été retenues que les variantes qui ont paru importantes.  Les erreurs d’orthographe ont été corrigées sans être mentionnées.  Par exemple, Charlot écrivait souvent milles au lieu de mille; et aussi régulièrement opombre pour obombre.  Il faisait aussi quelques erreurs usuelles dans les formes grammaticales.  Par exemple, il écrivait souvent un -s à la fin de la deuxième personne du singulier de l’impératif affirmatif.  Ces fautes ont été corrigées sans être mentionnées.  Sa ponctuation aussi variait—ainsi qu’on peut le remarquer dans les changements qu’il apportait à ses propres versions différentes—et nous l’avons changée pour rendre les textes plus clairs et plus réguliers.  Cependant, aucun mot n’a été ajouté et les tournures stylistiques—parfois surprenantes—l’orthographe et les mots archaïques, les néologismes, les mots d’emprunt et les adaptations de mots étrangers ont été retenus.  Dans certains cas, nous avons mis des notes en bas de page.  Parfois nous avons pensé que Charlot avait probablement vu un mot, dont l’orthographe nous paraît déconcertante, dans ses lectures, et nous avons conservé ce mot même si le dictionnaire l’épelle différemment.  Toutefois nous avons changé des mots tels que doeil en deuil.  Chaque texte est accompagné de notes bibliographiques complètes. 



[1] La correspondance entre Charlot et Paul Claudel va paraître prochainement en France.


All images and texts by Jean Charlot copyright the Jean Charlot Estate